Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Glovelier et Hong Kong : le même coup de cœur

mercredi 20 août 2008
Roger Bourquard:il y a cru.
Roger Bourquard a souffert avec Steve Guerdat

Christian Moser
 
De déception toute légitime, il a arraché quelques larmes, discrètement. Dignement. «Je ne comprends pas pourquoi Jalisca a piaffé comme ça. Une foulé de m…» qu’a-t-elle voulu faire, la jument de Steve Guerdat, avant de franchir cette rivière, ce Jourdain, ce Nil ? «elle voulait, elle ne voulait pas? Je n’arrive pas à me l’expliquer. Un pas de trop, de pas assez. Il est faux de dire que Steve a des problèmes particuliers avec la rivière. Ca s’est trouvé comme ça aux Jeux. Il n’a rien à se reprocher, il a monté comme un crack.»

Roger Bourquard, le cavalier de Glovelier, a vécu ça devant sa télévision. Le cœur en Chine. Il a mis Steve sur le cheval, si l’on ose dire. Il l’a vu grandir. Il l’a lancé. C’était aussi sa journée olympique. «Regarde-moi ce parcours ! » piaffe-t-il quand la TV alémanique prend l’antenne. Enthousiasmé ou horrifié? complètement emballé. «Deux bidets, la rivière et un double droit derrière. Sacré cochon, c’est du jamais vu !»
Il aurait tant, oui tant voulu que Steve lui offre un cadeau pour son 50e anniversaire. C’était dimanche, jour de la première manche ! « J’y ai cru. Je me disais que c’était bon pour l’or ou pour l’argent. Mais Christina Liebherr a raison. Il faut accepter la loi du sport. Un jour en haut, le lendemain en difficulté.»

Il y croyait parce que «sur cette première manche, Steve a été exceptionnel. La jument croisait nettement dans le une-deux-trois. Une demi-foulée trop grande mais il a été fantastique. Pas question de revenir en arrière. Il a fait le bon choix en allant de l’avant, en forçant entre les obstacles. Un formidable numéro d’équilibriste. Il l’a menée au bouton, cette Jalisca.»

«C’était d’emblée très mal barre»

Hier, le No Mercy de Christina Liebherr a commencé par flancher. «elle s’est embarquée. C’est très mal barré.» Plutôt : 23 points et les trois autres suisses condamnés à flamber. Pire quand le Nobless de Pius Schwizer refuse l’un des tout premiers obstacles. «elle freine déjà ! Y’a plus de médaille, c’est cuit !», s’écrie «la Truite», dépitée. «La jument a vu la rivière juste à côté et elle a pris peur. Elle ne voulait pas!» Roger Bourquard s’emporte, cède un – très – gros mot. Mais Schwizer limitera bien la casse. «Il mérite sa place, le remplaçant !»

Les Nations continuent. Devant son poste, le prof de Steve passe une journée olympique. Lâche des soupirs d’admiration. Pour Eric Lamaze : «Il a un cheval plus chaud, il doit lui transmettre une  plus grande énergie. Quelle classe !» Pour Ian Millar, un autre Canack, qui «doit bien avoir 60 ans, ce vieux renard. Mais il ne commettra pas d’erreur.»
Il compte les foulées, détaille les mors. Trépigne en attendant le gosse.

«Steve faisait tout parfaitement»

Niklaus Schurtenberger, le troisième suisse, fait huit points. «La pression était énorme, il touche deux fois, mais je ne l’ai pas vu commettre de grosses fautes.»
Quand Steve Guerdat se présente, il doit réussir le sans-faute pour sauver le bronze. «Il saute bien ! Il est dans le coup. Allez, galope un peu plus. Comme ça. Fantastique ! Il tient bien les distances, il se défend bien. Il fait tout parfaitement.»
La rivière, deux, peut-être cinq centimètres, pas plus d’un sabot qui manque à Jalisca
Quatrième. Quatrième «seulement.» Enorme coup de cœur. A Hong Kong, à Glovelier aussi. «Oui, c’est rude, comme ça à chaud. On voit bien à l’interview (n.d.l.r. : chaîne alémanique et en allemand) que Steve est fâché, je le connais. Mais ce n’est peut-être pas plus mal.» Des explications ? La pression ? «elle était la même pour tous, c’est déjà extraordinaire d’être là. Steve fait un truc magnifique aux Jeux. Et les autres aussi, je ne peux pas leur en vouloir. »
La chance était si proche, si belle. Qu’est-ce que ça changera pour Steve Guerdat ? «Rien. Absolument rien. Comme pour tous les autres cavaliers, vous savez. Dans le  milieu hippique, on laisse vivre les gens, médaille ou pas. Il va continuer sa carrière, il la mène bien, il saura gérer tout ça, j’en suis persuadé. Il a gagné en sérénité, en précision dans son stage en Hollande. Je suis certain que sa progression va continuer.»

Faites vos Jeux. La carrière continue jeudi après-midi, dès 14h à la buvette du manège Bourquard. Pour tout le monde. «J’avais promis d’installer le câble et la TV si Steve était qualifié pour la finale individuelle. Ce sera fait !»
 

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.