Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Grand Prix ROLEX FEI WORLD CUP, BORDEAUX

lundi 4 février 2008

L’édition du trentième anniversaire de la Coupe du monde bordelaise s’est jouée sur une ligne infernale. Celle qui conduisait d’un oxer bleu et blanc au triple. Une affaire très technique qui a pris la tête des cavaliers. Elle en a éliminé près des trois-quarts dans la première manche et c’est sur ce même passage que s’est décidée la victoire dans le barrage.

Décryptage. Le saut d’obstacles n’est pas qu’une affaire de « sauts » mais aussi de « distances ». Celles qui séparent les obstacles entre eux. C’est souvent là que tout se joue car si le cheval arrive trop près, il n’a pas assez d’espace pour passer ses genoux et c’est la faute d’antérieurs. S’il arrive trop loin, il ne peut pas couvrir l’obstacle et c’est la faute de postérieurs. Le chef de piste allemand, Frank Rothenberger avait amplifié le problème en construisant son triple à 18,60m d’un gros oxer. 18,60m, cela veut dire, traduit en cheval, quatre grandes foulées ou cinq petites. Un casse-tête responsable de l’essentiel des fautes qui a écarté 31 des 40 partants. Oh, bien sûr, il a y bien eu des originaux comme Thomas Frühmann et The Sixth Sense qui ont fauté sur le plus petit obstacle du parcours, un vertical aux couleurs d’Equidia ou encore le Hollandais Albert Zoer et Sam qui ont attendu le dernier obstacle, l’oxer aux couleurs de Rolex, pour s’auto-éliminer ! Les autres ont presque tous été victimes de l’un des quatre obstacles de cette « fichue ligne ».

Rothenberger, lui, était content de son coup : « si j’avais mis cinq centimètres de moins à l’oxer d’entrée de triple, j’aurais eu huit sans faute de plus. » « C’est tout l’art de Rothenberger, confirmait le Suisse Steve Guerdat qui finira deuxième de l’épreuve. Il a ce talent de construire ses parcours à la limite du possible mais sans basculer dans la zone rouge. » C’est lui qui a montré à Gerco Schröder l’option à prendre sur cette ligne que, bien sûr, Rothenberger ne s’est pas privé de resservir dans le barrage, avec le triple devenu double, ce qui ne simplifiait pas vraiment le problème : « Quand j’ai vu Steve y aller en quatre foulées, ce qui, de plus, est un gain de temps, je me suis dit que je n’avais plus le choix. Après, il s’agissait de galoper le plus vite possible… c’est passé. » C’est si simple le saut d’obstacle quand on gagne. Il faut dire que Milano, la jument hollandaise du Hollandais n’est pas une novice : « Oui, elle a déjà gagné en Coupe du monde. Mais il va falloir continuer car il me manque encore quelques points pour me qualifier pour la finale. Deux ou trois, cela ne va pas être trop difficile car il reste encore deux concours. En tout cas, je suis vraiment fier d’avoir gagné ici à Bordeaux car c’est vraiment l’un des plus beaux concours du circuit avec surtout un public tellement enthousiaste. »
Ce public enthousiaste aurait bien sûr préféré applaudir une victoire française comme en 2007 ; il a toutefois apprécié la belle prestation de Patrice Delaveau, meilleur Tricolore avec une Katchina Mail en pleine progression, mais qui « manque encore d’expérience pour aller vite dans un barrage ; ce n’était que sa première Coupe du monde et vu son aisance dans la première manche, j’ai toutes les raisons d’être optimiste pour la suite de sa carrière. » Il y a aussi de belles histoires qui naissent à Bordeaux.

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.