Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Guerdat y a cru jusqu’au bout !

lundi 10 décembre 2007

Ludger Beerbaum remporte le GP coupe du monde. Derrière lui, un trio de blondes : Meredith Michaels Beerbaum, Jessica Kürten et Malin Baryard Johnsson

Gros plan sur Steve Guerdat. Visage fermé. Champion sortant, le jeune cavalier jurassien vient de franchir l’ultime obstacle d’un barrage disputé à onze, en compagnie des meilleur(s) mais sans Markus Fuchs (quatre fautes!), Christina Liebherr (8 points) ou encore Beat Mändli (deux fautes, abandon), le « héros » indigène de la finale du Top 10 samedi.

Chrono époustouflant

Deux parcours, vingt obstacles au total, vingt-trois efforts à fournir. Et pas la moindre faute ! Ici, le déficit se chiffre en poussière de temps : 1 seconde et 25 centièmes, autant dire rien dans la vie d’un cavalier, à plus forte raison d’une monture. Steve Guerdat, pourtant, n’est « que » sixième. Il le jure, il a joué la gagne.

« Jusqu’au bout, jusqu’à la dernière foulée, j’ai pensé que c’était possible »
Steve Guerdat

Lui et « Jalisca », parfaitement retrouvée après ses ennuis de santé, se sont lancés à l’assaut du chrono, époustouflant, de Ludger Beerbaum et d’« All-Inclusive », un hongre d’à peine 8 ans et dont c’était la première apparition à pareille hauteur.

   « Jusqu’au bout, jusqu’à la dernière foulée, j’ai pensé que c’était possible », dira plus tard Steve Guerdat. Confession : « Je savais « Jalisca » rapide… en montant mieux je pouvais aller chercher la victoire… » Regrets : « Cette seconde (qui lui avait manqué), la jument l’avait dans les jambes ! »

Vainqueur. Ludger Beerbaum reconnaîtra que « l’écart qui nous sépare des suivant(e) est infime » : 5 centièmes sur sa belle-sœur Meredith Michaels Beerbaum et « Shutterfls » - qui n’avait pas couru samedi – et sur Jessica Kürten et « Castle-Forbes-Libertina », gagnantes de la finale du top 10 la veille au soir. Deux amazones immédiatement suivies d’une troisième, l’élégante Malin Baryard Johnsson et sa non moins délicieuse »Butterfly-Flip », Un trio de blondes, vraies ou fausses, peu importe, mais sacrément inspirées.
 
Source:Le Matin
Textes: Sophie Deller/Roger Jaunin

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.