Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

«J'ai pensé devoir me séparer de «Jalisca»

jeudi 14 décembre 2006

texte: Thérèse Untersander
photo: top-news.ch
Deux jours après avoir remporté sa première épreuve de Coupe du monde à Genève, Steve Guerdat flotte au-dessus du sable du manège de Chiètres  
 
Perché sur sa monture, Steve Guerdat (24 ans) a fière allure. Même s'il a troqué son chic costume pour une veste de sport et que la lumière naturelle qui filtre par le toit du manège de Chiètres a remplacé celle des projecteurs de Palexpo.

Une fois le pied à terre, on s'en approche doucement, comme on le ferait avec un cheval que l'on ne connaît pas, pour ne pas le brusquer ou l'effrayer. Sa frêle silhouette donne une impression de timidité. Il parle doucement, regarde souvent par terre.

Cette année 2006 l'a profondément blessé, l'a poussé dans une abîme profonde, dont il ressort grâce à sa famille, à ses amis et à sa jument adorée, «Jalisca». Sa victoire au CSI de Genève lui prouve qu'il a eu raison de serrer les dents.

Steve, qu'avez-vous fait depuis la remise des prix?
Tout d'abord, je suis allée féliciter «Jalisca» avec des carottes, des sucres et beaucoup de caresses. Ensuite, j'ai longuement répondu aux médias avant d'aller manger avec ma famille et mes amis.

Avec une petite coupe de champagne?
Même pas, je ne bois jamais de champagne. J'ai pris un tout petit whisky, mais j'étais mort. Sans-doute le contrecoup de l'émotion.

Des larmes qui ont ému la Suisse entière...
J'étais à nu et j'ai pleuré, oui. Je ne regrette pas mes larmes. On est comme ça, les Guerdat: nature. Elles ont commencé quand j'ai vu mon père, Philippe. C'est sur mes parents que j'ai pu m'appuyer durant ces épreuves difficiles.

Vos larmes nous ont rappelé celles de Roger Federer à Wimbledon, les aviez-vous vues?
Oh oui et je me souviens aussi d'avoir été très ému. Roger Federer, c'est le plus grand sportif de tous les temps.

Mais lui n'a pas connu autant de poisse que vous...
C'est vrai que je reviens de loin. (n.d.l.r.: Steve Guerdat travaillait pour Jan Tops qui a vendu son cheval favori, «Tijl», provoquant le départ du cavalier jurassien. Il a ensuite trouvé de l'embauche pour un richissime propriétaire ukrainien, mais a perdu son travail parce qu'il refusait de changer de nationalité.) Même après avoir «reçu» «Jalisca», tout n'était pas rose. Nous devions nous apprivoiser, procéder à plein de réglages. Peu avant le CSI de Paris début décembre, j'ai pensé devoir vendre «Jalisca» pour avoir un peu d'argent et faire un autre métier en rapport avec les chevaux. Mon père, ma groom finlandaise Heidi qui me suit depuis 3 ans et tout mon entourage m'ont dit que j'étais fou. Ils avaient sans doute raison... (rires)

Et maintenant, le bout du tunnel?
Oh, pas encore, mais j'ai fait un grand pas en avant. Si j'ai pleuré, c'est parce que je sais que c'est pour mon entourage que j'ai gagné. Ils m'ont prouvé qu'il y avait autre chose que les chevaux dans la vie!

Y'a-t-il donc de la place pour une femme dans la vôtre?
Oui (sourire gêné) . Cela fait une année que j'ai rencontré Nicky, une cavalière américaine, qui a connu une année creuse comme moi. Heureusement, je crois qu'elle a trouvé un filon en Europe. Je vous rassure, on ne parle pas qu'hippisme et ma copine n'est pas du tout jalouse de la relation avec ma jument! 
    

«Jalisca» est une vraie fille!» 

Quand on demande à Steve Guerdat de parler de sa jument, on oublie immédiatement qu'il ne parle pas d'un être humain. Il s'enthousiasme, rigole et décrit avec précision chacune des mimiques de son cheval. Une jument mise à disposition par son ami de longue date, Yves G. Piaget, à la fin de l'été.

«Le coup de foudre a été immédiat. Dès que je suis monté sur son dos, je suis tombé sous son charme. C'est ce qui fait la magie de ce sport. Je ne concours pas avec une machine, qu'on peut modifier pour la rendre parfaite comme on le ferait avec une F1...»
Alors, quel caractère a donc la charmante et charmeuse «Jalisca Solier»? «Vous ne voyez pas? (il commente la photo ci-contre, comme si c'était une évidence) Elle est belle, attentive, concentrée. On voit qu'elle adore ce qu'elle fait. C'est une gagneuse, comme moi. Mais en même temps, elle est très calme. Elle ne se laisse pas déconcentrer par le bruit ou les flashs et elle est adorable avec les autres chevaux. Mais «Jalisca» est une vraie fille: son caprice? Monter la dernière dans le camion pour avoir plus de place. Sinon, elle a toujours froid - je lui mets toujours deux couvertures au lieu d'une seule - et aime beaucoup manger!» (rires)  
 
Une journée type 
 
6h 45 Steve Guerdat se lève. «Je suis vite prêt. Pas besoin de passer des heures devant la glace avant de monter à cheval!»
 
7h Il prépare, selle, puis monte son premier cheval de la journée. «Je m'occupe de mes chevaux et de ceux de divers propriétaires qui ont demandé mes services. En ce moment, je n'en monte pas beaucoup (entre sept et huit par jour), cela me permet de consacrer une heure à chacun d'entre-eux.»
 
12h Pause midi dans la «cafétéria» du centre hippique de Jürg Notz à Chiètres avec tous les autres cavaliers.
 
13h Reprise du travail. «Je les monte tantôt au manège, tantôt dehors. Cela dépend du temps, de mon humeur et du «calendrier» de chaque cheval. J'aime bien partir en pleine nature, c'est excellent pour me changer les idées!»
 
16h Steve Guerdat doit abandonner les animaux pour un nouveau travail qu'il n'apprécie guère: l'administratif. «Je déteste ça! Mais depuis que je ne suis plus directement employé par un patron, c'est moi qui m'occupe de la logistique et des factures. J'ai quitté l'école tôt et j'ai horreur des maths.»
 
Soirée Après un nouveau repas commun, Steve Guerdat aime se détendre. Il va au cinéma, passe des soirées chez un autre cavalier «voisin», Daniel Etter ou bouquine dans sa chambre devant un bon match de football ou de tennis. «J'avoue avoir de la peine à m'éloigner du monde du cheval. Plusieurs soirées avec d'autres amis ont été ébauchées, mais la plupart du temps, elles sont annulées. Mais attention, je ne suis quand même pas un mec bizarre qui préfère la compagnie des chevaux à celle des hommes!» 

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.