Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Les grandes émotions de Steve Guerdat

lundi 15 décembre 2008
Tour d’honneur pour Steve Guerdat et Trésor samedi à Genève. Le jurassien a remporté le premier Défi des champions.

Performance tout aussi héroïque hier avec Jalisca Solier une deuxième place dans un Grand Prix «énorme» remporté par Eric Lamaze. L’écart ? 26 centièmes.
 
Ce poing droit qui transperce le ciel de Palexpo, cette émotion qui envahit l’homme, le champion, et ce public, 7600 spectateurs, debout, qui lancent cette incroyable ovation à vous donner la chair de poule.

La piste de Palexpo reste le jardin de Steve Guerdat. Y a-t-il signé un bail à vie ? Sans doute ! Samedi soir, avec Trésor, le Jurassien de 26 ans a encore fait des siennes dans ce CSI-w de Genève façonné pour son bonheur. Steve Guerdat avait remporté ni plus ni moins que le premier Défi des champions, cette compétition inédite qui réunissait ce qui se fait de mieux dans le monde du saut d’obstacles.

Et hier, dans ce Grand Prix qu’il avait légendé en or en 2006, le Jurassien, et Jalisca solier cette fois, jouaient toujours sur du velours. Un régal à voir. Dans un barrage aussi fou que serré, immense, intense, Steve Guerdat abdiquait pour 26 petits centièmes, Eric Lamaze, champion olympique canadien, qui montait Hickstead, s’adjugeait ainsi la grande épreuve genevoise pour la première fois. Troisième on retrouvait Meredith Michaels Beerbaum.

«Jalisca a encore été formidable. Elle ne pouvait pas mieux sauter. J’ai pris tous les risques et je ne vois pas vraiment où j’aurais pu gagner du temps. Peut-être sur le dernier obstacle, mais une faute à ce moment est si vite arrivée», racontait le champion de suisse, qui, avec ce deuxième rang, consolide évidemment sa position de leader de la Coupe du monde. Avec ses 51 points, le Jurassien est d’ailleurs déjà assuré de participer à la prochaine finale de la Coupe du monde à Las Vegas.

Le scénario idéal
Ce deuxième rang de dimanche était dans la lignée de l’émouvante issue du samedi soir. Steve Guerdat, avec Trésor, avait ficelé un «scénario idéal» par deux parcours sans faute. «finalement j’étais heureux de ne pas être au barrage vendredi soir. J’ai pu compter sur un Trésor en pleine forme, même si le premier a été passé à l’arraché. Après, j’ai essayé de gérer, même s’il n’est jamais facile d’amener le sans-faute dans ces conditions.»

Dernier à s’élancer le Jurassien a pu maîtriser la course, devançant finalement les deux seuls autres sans-faute de la soirée, le Français Thimotée Anciaume et, qui d’autre ?, Meredith Michaels Berbaum. Mais ces nouvelles lignes de légendes sur le palmarès genevois ne se sont pas écrites sans quelque crainte, quelques inquiétudes. Steve Guerdat a avoué ressentir des douleurs au dos qui auraient pu revoir ses prétentions.

«Le soir, je n’ai qu’une envie, me coucher, mais quand je suis à cheval, je n’y pense pas. Je me sens si bien.» Il lui reste encore quelques efforts à faire, à Londres et à La Corogne avant de s’octroyer une pause bien méritée.

«Je renonce à Malines et Leipzig, j’ai besoin de décompresser et je ne reprendrai la compétition que fin janvier à Zurich.» six semaines pour se remettre et capitaliser tout le bonheur qu’il a engrangé au bout du Léman. Avec cette touchante déclaration, sincère, qui résumait ce nouvel épisode dantesque, «de cette histoire magnifique entre Genève et moi», quand samedi soir, il dédiait sa victoire à ce public «extraordinaire».

Le nouveau champion des champions a assurément vécu l’un des week-ends les plus émouvants de sa carrière, une fin de semaine à laquelle il faut encore ajouter un succès samedi après-midi dans le Prix Clarins. Avec Ferrari cette fois. Ferrari, Trésor, Jalisca Solier… Il n’y a rien à dire, Steve Guerdat peut vraiment compter sur une écurie qui se complète à merveille.

Un champion était né à Genève il y a quelques années. Il y construit une histoire qui appelle encore beaucoup de succès. Foi de Guerdat.

Raffi Kouyoumdjian

Trois question à Alban Poudret, directeur sportif du CSI-W de Genève

Alban Poudret, ce Défit des champions a-t-il répondu à vos attentes ?
On ne souhaitait pas proposer un remake du top ten. Je suis heureux quand je vois le résultat, c’est ce que l’on cherchait : des surprises, des valeurs sûres et de l’émotion. On voulait proposer une épreuve vivante, prenante.
 
Entre nous, vous avez imaginé ce Défi des champions pour Steve Guerdat…
Evidemment, non ! On est tous sa famille, mais on n’a pas encore le don d’influencer les résultats ! Le sport est sublime quand il vous propose de tels scénarios, un scénario idéal. Cette histoire est belle, fabuleuse.

Un concours de Genève sans Steve Guerdat, c’est encore possible ?
Steve Guerdat n’est pas obligé de gagner chaque année à Genève.
Mais ce que je sais, c’est qu’il sera un jour numéro un mondial. RK
 

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses
Bucheler

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
International Jumping Riders Club
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.