Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Comme une Grande

lundi 2 juin 2003

Ce n’est qu’après une lutte intense de quatre heures conclue par un barrage, un coude –à coude extraordinaire avec l’Irlande, que la suisse s’est inclinée hier dans le prix des Nations de Saint-Gall, devant 18000 spectateurs. Les huit meilleures équipes du monde disputaient cette 3e étape de la nouvelle Superligue et la suisse a prouvé qu’elle avait sa place. Ecartée au profit de l’Irlande, 8e ex aequo avec elle l’an passé selon les critères établis, la Suisse vaut plus sur le terrain. Comme l’Irlande. Durant la longue période de doute qui avait suivi les mondiaux de Jerez ratés, Markus Fuchs avait été l’arbre-solide-qui cachait une forêt de soucis. Les succès à répétition du numéro deux mondial permettait un peu d’occulter les problèmes de l’équipe.

Un pari osé
Hier, en revanche, c’est Fuchs qui a baissé pied, laissant le soin aux autres d’asseoir le résultat et la réputation de l’équipe. Willi Melliger, l’homme des grandes occasions, auteur du seul double sans-faute du jour avec « Gold-du-Talus », Beat Mändli, impérial, et Steve Guerdat, épatant pour ses débuts en Superligue, ont heureusement su superbement relever le défi. On fut d’autant plus surpris de voir déboucher Fuchs et « Tinka’s-Boy » du paddock pour disputer le barrage face à l’Irlande (selon le nouveau règlement, il n’y a plus qu’un cavalier par équipe). Après les deux refus de l’étalon à la première manche et ses deux fautes à la seconde, on ne s’attendait pas à un tel choix.

Voulait-on donner une occasion au Saint-Gallois, meurtri, de se racheter ou tablait-on sur son expérience et sa rapidité ? de fait, Fuchs entama son barrage à vive allure et, même à sa première faute, il aurait pu mettre la pression sur Robert Splaine, l’Irlandais à venir. Mais pas à la deuxième. L’expérimenté Splaine n’avait ainsi plus qu’à donner tranquillement la victoire aux siens. La folle chevauchée se terminait en balade irlandaise.

Les quatre suisses, « à chaud »

-Willy Melliger « Je suis très content, même si nous laissons la victoire pour trois fois rien. J’avais tout axé sur ce prix des Nations, j’en voulais et « Gold du Talus » a prouvé ses qualités. Il n’est pas irrégulier, à Linz, il ne pouvait pas faire autre chose que refuser, car il avait atterri sur les genoux. Ensuite, il a d’ailleurs gagné le grand-prix, je crois en lui. »

-Steve Guerdat « Je suis partagé, 2es, c’est très bien, mais j’aurais pu éviter ma faute en première manche, en abordant la rivière plus tranquillement pour arriver en sept foulées sur l’oxer, et nous gagnions. Quoi qu’il en soit, réussir ça, avec trois champions que j’admire dans l’équipe et tout ce public, c’est formidable. « Innovation » est en superforme. »

-Beat Mäendli « Pozitano » a très bien sauté, ça fait un bon mois qu’il est de nouveau au top, je suis confiant. »

-Markus Fuchs «  On était tous les deux dans un jour sans. J’ai mal abordé, il y avait un demi- mètre de trop pour sauter, mais normalement « Tinka’s-Boy » sauve ça, il l’a déjà fait des centaines de fois )n.d.l.r. : Le Saint gallois ne perd jamais son humour). C’est un étalon, il a son caractère et il a dit non. Je prend aussi sur moi les autres fautes. Je croyais que nous devions monter le barrage tous les quatre et j’étais à cheval, alors willi m’a dit d’y aller. J’ai raté mon abord de l’oxerNo3, j’ai pris des risques, cette fois ça n’a pas payé.

Texte : Alban Poudret

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.