Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Le Cavalier d'argent

lundi 25 juillet 2005

photo: Key
 texte: Raffi Kouyoumdjian
Un Steve Guerdat d’argent

 

L’exploit à San Patrignano. Magnifique ... et surprenant. Seulement huitième après le parcours de chasse de jeudi, l’équipe de Suisse des cavaliers de concours a réussi à retourner une situation très compromise hier au Championnats d’Europe. Au prix d’un Grand Prix des Nations pleinement réussi, Steve Guerdat, sur Pialotta, et ses trois coéquipiers ont conquis de haute lutte la médaille d’argent, derrière l’intouchable armada germanique. Un très grand vendredi pour le Vadais, qui obtient de nouveau une consécration internationale. Steve Guerdat s’est par ailleurs bien replacé pour la suite des épreuves individuelles.
 

De l’argent qui vaut de l’or

 

Derrière l’Allemagne : qui va là ? L’exceptionnelle jeune garde suisse, parti, emmenée par Christina Liebherr et Steve Guerdat : deuxième !

 

 

A San Patrignano, la Suisse est revenue de nulle part hier lors du Prix des Nations. Au terme de deux manches dantesques, l’équipe nationale, emmenée par son exceptionnelle jeune génération, s’est parée d’argent, une couleur que personne n’espérait après la chasse de jeudi. Les rebondissements ont été nombreux dans cette compétition dominée de la tête et des sabots par la « kolossale » Allemagne. Les Pays-Bas complètent le podium, alors que l’Italie, qui évoluait sur ces terres, crée la surprise en crevant au poteau.

 

 

« La tête dans les chaussettes »

 

On a pourtant craint le pire pour les Suisses hier à l’aube. Encore une fois, le quatuor helvétique courir après le score, ou  plutôt le mauvais tour qu’avait  encore réservé markus Fuchs. Le numéro deux mondial et la Toya, avec quatre fautes, passaient complètement à côté de leur première manche. Comme lors des Jeux  d’Athènes, ses trois jeunes compères ont dû cravacher ferme pour rétablir une situation bien compromise. « J’avais la tête dans les chaussettes. Mais le parcours de Christina Liebherr m’a remis sur les bons rails. Elle y a toujours cru, elle  a su nous motiver. Elle y est  pour beaucoup dans cette médaille », lâchait Steve Guerdat euphorique.

 

Oui, les suisses ont mis les fers au feu. A commencer, donc, par la déroutante Christina Liebherr, les nerfs solides, impériale sur No Mercy. Elle réalisait un premier, puis un deuxième parcours parfait, allant chercher au panache l’un des seuls sans-faute de la journée, avec L’Allemand Marco  Kutscher. « C’est le plus bel exploit me ma carrière et pourtant j’étais nerveuse. Mais j’ai su me concentrer. J’en voulais, parce que la chasse de jeudi m’était restée en travers de la gorge. Je valais mieux que mes deux barres et cette 36e place. Il ne fait pas trop chaud, et c’est dans ces conditions que mon cheval est performant », expliquait l’amazone fribourgeoise, aux anges.

 

 

Cadeau

 

Tout au long de la journée, la Suisse n’a cessé de progresser. « Nous nous sommes battus tous les quatre, on méritait vraiment cet argent », racontait Fabio Crotta, lui aussi en vue, qui arrachait avec Madame Pompadour un excellent quatre points le matin, avant de tomber deux barres en fin d’après-midi. Le sursaut du vieux renard Fuchs, une barre, confirmait le redressement suisse. « Je suis fier de cette équipe, de ce qu’ont fait mes jeunes coéquipiers. Ils m’offrent un sacré cadeau », résumait le Saint-Gallois.

 

A 23 ans, Steve Guerdat a joué par deux fois au finisseur. Comme Christina Liebherr, le Jurassien a démontré une incroyable sérénité dans ces moments de forte tension. Avec Pialotta, le Jurassien sortait deux numéros de haute voltige, alors que sa jument n’est pas très habituée à sauter des obstacles de 1 m 60. « De la façon dont elle s’est battue, Pialotta a prouvé une nouvelle fois tout son talent. Elle n’est pas encore au top, mais elle se comporte mieux que la plupart des autres chevaux », ajoutait le Jurassien.

C’est vrai, les grandes nations n’étaient pas heureuses. La France, la Grande-Bretagne ou la Suède de Malin Baryard ont multiplié les déconvenues sur un tracé sélectif.

Deux années après le bronze de Donaueschingen, l’argent venait récompenser une équipe de Suisse de jeunes battants, sacrément doués ! Un véritable exploit, quand on se rappelle la position de la Suisse hier matin.

La médaille au tour du cou, les Suisses sont partis fêter cette inattendue deuxième place, Christina Liebherr sur les épaules de Steve Guerdat. Champagne

 

Au Galop

 

« Merci Markus »
 

Steve Guerdat est un grand champion et cela se voit également face aux journalistes. « Ce qui est arrivé à Markus aujourd’hui peut arriver à tous les cavaliers. J’ai envie de vous rappeler que c’est aussi grâce à lui que l’on en est là. Il a beaucoup fait pour cette équipe de Suisse. Il nous apporte entre autres énormément de sécurité. » Répnse du Saint-Gallois : « Moi, j’ai cru en eux. »

 

Source : LQJ Texte : Raffi Kouyoumdjian

 

 

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.