Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Steve Guerdat : « Je n’y suis pas encore »

mercredi 15 juin 2005

Source: LQJ

Jeux Olympiques. Athènes, c’est dans cent jours. L’atout numéro un des Jurassiens est bien le cavalier vadais
 
Ca y est. On aborde la dernière ligne droite. La cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques aura lieu dans cent jours. Nombreux sont les athlètes qui rêvent de voir le Parthénon. Dans le lot, un Jurassien, avec son ticket olympique acquis. Ou presque. Deuxième cavalier de la hiérarchie nationale, matricule 21 au classement mondial, Steve Guerdat a tout pour y être, même si le cavalier vadais ne veut pas encore l’admettre.

Il y a neuf mois, le jeune homme de 22 ans s’était déjà attribué une qualification morale, puisque ce sont ses parcours de virtuose lors des Européens de Donaueschingen qui avaient offert quatre places aux suisses, pour les compétitions de sauts d’obstacles. Avant d’aborder, cette fin de semaine à La Baule, des compétitions qui lui tiennent à cœur, le cavalier jurassien est à l’entrevue. De la revue.

- Steve Guerdat, on a fait le tour. Il y a pile une année, vous lanciez votre formidable épopée de 2003 en vous mettant en évidence à La Baule.

- Eh oui, la boucle est bouclée. C’est un autre challenge qui débute maintenant pour moi. Confirmer et ne plus se reposer sur les lauriers. Il y a douze mois, j’évoluais sans pression, je n’avais rien à prouver. Je me réjouis d’y être (n.d.l.r. nous l’avons contacté hier, il prend le chemin de la côte atlantique ce matin).

- Si je vous dis que les Jeux sont là, dans cent jours !

- On n’y est pas encore.

- Mais vous serez sans doute du voyage !

- On ne peut pas l’affirmer. Il reste justement cent jours et tellement de choses peuvent se passer d’ici là. Je ne sors pas d’un excellent hiver. J’ai connu passablement de malchance avec mes chevaux, alors je veux rester prudent.

- La Baule, c’est comme une répétition avant Athènes ?
 
-J’attends beaucoup de cette épreuve, parce que je lancerai Orchidée (n.d.l.r.: une jument de 8 ans dans le Grand - Prix. Nous avons déjà concouru ensemble en Espagne, mais là, c’est son premier grand rendez-vous. C’est mon atout numéro un pour la suite. Je suis impatient de voir si elle a déjà l’envergure pour les Jeux.
 
- Avez-vous des souvenirs précis des Jeux ?
 
Ca a naturellement toujours été un rêve d’y aller. J’ai l’impression que pour vraiment en parler, il faut y avoir été. Je garde en mémoire les images de Sydney, il y a quatre ans, avec la médaille des Suisses, obtenue par équipes. Ca va être dur de rééditer un tel exploit. Mais cela prouve que la Suisse répond toujours présente lors de tels événements.

- Vous avez de qui tenir ! Votre père, Philippe, a participé à deux olympiades, Los Angeles en 1984 et Séoul en 1988.

 - Je me souviens qu’on avait installé la TV dans ma chambre et que l’on regardait les épreuves à 2-3 heures du matin avec ma mère. Mais j’étais très jeune.

 - Le nouveau classement mondial vient d’être publié. Vous vous maintenez au 21e rang.

- C’est une superbe performance. Ca me rend heureux. A mon avis, je subirai encore quelques montées et descentes. Se maintenir déjà dans les cinquante meilleurs cavaliers du monde est une performance remarquable.

- Quelles sont les nouvelles du front ?

- Tepic (n.d.l.r. : le cheval associé à Steve Guerdat lors des Européens de Donaueschingen) s’est blessé dernièrement au Mexique lors des qualificatives olympiques. Il ne participera pas aux JO. Preuve qu’il faut se montrer prudent !
 
2004

 

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.