Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Steve et la Suisse la tête haute

jeudi 9 juin 2005

Textes: Alban Poudret
Emmenée par son « cadet », Christian Ahlmann, l’Allemand a décroché quatre des six  médailles décernées lors de ces  Européens de Donaueschingen. Plus, elle ne pouvait pas ! La France, 2e par équipe, et la Suisse, médaillée de bronze et détentrice d’un laisser-passer pour les JO d’Athènes, ont aussi réussi leur semaine. Reste toutefois un sentiment de frustration pour Steve Guerdat, qui comme Ahlmann était passé en quelques heures du statut de néophyte au rôle de leader. Celui d’être passé très près du titre suprême, à 0,99 pt exactement. Et quand on sait que Tepic la Silla, le seul cheval à n’avoir fait que deux fautes sur l’ensemble du championnat –cinq parcours- a effleuré cet oxer peint aux couleurs du sponsor des Allemands, on peut bien sûr être déçu. Ce d’autant que ce phénomène s’en retourne au Mexique, chez son propriétaire, Alfonso Romo, qui le lui avait prêté pour les deux mois. Reste qu’avec Guerdat Jr (6e) et Mändli (10e), l’assurance aussi que Jan Tops et les Liebherr les fournissent en bons chevaux, la Suisse a l’avenir devant elle. On peut compter sur Markus Fuchs et Willi Melliger pour trouver rapidement la solution à leurs problèmes. Et sur un ou deux autres pour assurer les arrières et, le cas échéant, sauter dans le train en direction d’Athènes. La Suisse est déjà sur les bons rails !

La Nouvelle Vague

En Christian Ahlmann, la grande Allemagne, souveraine, tient un champion –surprise, mais un vrai champion, à la monte en or. Et en Steve Guerdat, qui cède le titre pour 0,99 pt, la Suisse tient une nouvelle étoile, le grand talent de sa génération « Il a une classe et un sang-froid exceptionnels, il soigne et maîtrise les moindres petits détails », ont dit de concert Ludger Beerbaum et les autres.

Ces Championnats ont du reste surfé sur la nouvelle vague, avec 9 néophytes parmi les 23 finalistes individuels en lice le dimanche et sutout 8 cavaliers au-dessous de 30 ans. Et, parmi ces « jeunets », Christian Ahlmann (1er) Markus Ehning (3e), Malin Baryard (5e) et Steve Guerdat (6e), tous dans la même faute – et le même point – on l’a dit. Tous auraient mérité une médaille, mais on les retrouvera encore souvent. Pour eux, l’aventure ne fait que commencer.

Jamais dans l’histoire d’un championnat, on n’avait assisté à une lutte aussi serrée entre les 6 meilleurs, ni même du reste entre les 3 premiers. « Fou », « crazy », « wahnsin », entendait-on partout dans les tribunes ! Le niveau de ce sport ne fait qu’évoluer. Les parcours sont encore plus sélectifs et techniques et pourtant il est encore plus difficile de départager les meilleurs. Que faudra-t-il inventer ? Par équipe, la domination germanique fut plus claire. La France et la Suisse peuvent donc savourer l’argent et le bronze sans réserve. Les Helvètes voulaient une place aux JO d’Athènes, ils ont eu beaucoup plus !

On a le sentiment d’avoir assisté à du tout grand sport. Le seul regret, c’est évidemment que tous ces rebondissements, le côté très coloré et contrasté de cette extraordinaire finale individuelle, ne reflètent pas dans le podium très monolythique et germanique du dimanche, sinon par la victoire du « nouveau ». Là-haut, on aurait aussi aimé voir la silhouette d’une femme, d’une fine Suédoise qui manque encore le podium d’un rien, ou de ce Jurassien de 21 ans qui ose rivaliser avec les plus grands. La présence de l’une ou l’autre aurait encore mieux symbolisé le formidable coup de jeune qu’a pris ce sport sous le soleil de Donaueschingen.

 

 

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.