Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Un cavalier de haute lignée

jeudi 16 juin 2005

Source: Coop Coopération
Tel père, tel fils

Seize ans après son père Philippe, Steve Guerdat va participer aux JO. Echange de lettres exclusif entre les deux cavaliers.

 
 
 
 
«Profite du moment présent, Steve»
 
Cher Steve,
 
«Alors que tu t'apprêtes à prendre part à tes premiers Jeux olympiques, permets-moi, d'abord, de revenir sur mes deux participations, à Los Angeles, en 1984, et à Séoul, quatre ans plus tard. En 1984, j'avais 32 ans et je considérais les JO comme un aboutissement dans ma carrière. J'ai vécu des moments extraordinaires. Surtout aux Etats-Unis avec une cérémonie d'ouverture grandiose. La ville et ses habitants vibraient d'émotions, donnaient l'image d'une Amérique heureuse et surpuissante. A Séoul, j'ai eu le bonheur de vivre au village olympique, une expérience enrichissante grâce au contact avec les autres athlètes. Au plan sportif, nous avons raté la médaille de bronze pour deux points à Los Angeles. Rageant. Et cela démontre l'importance relative de l'événement olympique: obtenir son billet, c'est bien, mais revenez sans médaille et le public oublie vite votre sélection. Je sais que les Jeux revêtent avant tout une importance sportive pour toi. Mais si tu ne parvenais pas à atteindre tes objectifs en Grèce, ce ne serait que partie remise. Tu as 22 ans, une volonté de fer et le potentiel pour devenir l'un des meilleurs cavaliers de la planète. Tu fais déjà partie des 25 plus forts, alors que je n'ai jamais pu me classer mieux que 65e à une époque de moindre concurrence. Tu ne renonces jamais et le travail est ta vie. Mais ton sentiment que rien n'est jamais acquis te vaut, parallèlement, d'être souvent impatient. Pour une fois, à Athènes, profite du moment présent. D'autant plus que d'autres JO te tendent les bras dans l'avenir. Tous mes voeux de succès.»
 
Ton père, Philippe
 
«Tiens-moi les pouces!»
 
Papa,
 
«Je n'ai pas été surpris d'être sélectionné pour les Jeux. Mais j'aurais décliné l'invitation si j'avais estimé ne pas avoir une chance de me qualifier pour la finale individuelle du 27 août. C'est trop important pour se louper. Tu le sais, je monterai Olympic, un cheval de 8 ans. Il a toutes les qualités pour devenir exceptionnel, mais il lui manque encore l'expérience de compétitions comme les JO. Apprendre ma sélection n'a rien changé à ma vie quotidienne. Je crois que l'on se rend compte de l'ampleur de l'événement une fois sur place. Ces JO s'annoncent majestueux et c'est pourquoi j'aspire à briller à Athènes. Je vais me concentrer sur l'ambiance de l'équipe suisse de saut, composée également de Christina Liebheer, Markus Fuchs, Fabio Crotta et Christophe Barbeau. Nous nous entendons bien et la dynamique de groupe pourrait nous permettre de réaliser de belles performances. Je trouve en outre très positif que la Fédération suisse des sports équestres ait décidé de jouer la carte de la jeunesse pour les Jeux olympiques. Le parcours grec s'annonce un peu plus difficile que celui d'un concours traditionnel. Toutefois, je ne ressentirai pas davantage de pression que d'habitude avant de l'aborder.Papa, c'est grâce à toi que j'en suis arrivé là aujourd'hui. Tu m'as donné tous les atouts pour me permettre de connaître le succès. Je t'en sais gré. A moi, maintenant, de savoir les exploiter. En conclusion, j'aimerais que tu me tiennes les pouces pour Athènes. Et serais honoré que tu sois dans le public lorsque j'entrerai en lice.»
 
Bien à toi, Steve
 
Une médaille à Barcelone en 1992, sept à Atlanta en 1996, neuf en 2000 à Sydney. Comme le dit si bien Werner Augsburger, «quel bonheur si nous pouvions continuer sur cette lancée!» Même si le chef de mission de la délégation suisse aux JO d'Athènes sait que rien n'est moins sûr, il affiche un bel enthousiasme: «Nous devrions décrocher entre cinq et neuf médailles, ainsi que vingt diplômes, donc une place parmi les huit premiers.»
 
Werner Augsburger espère des médailles en beach volleyball (Heuscher/Kobel, Laciga/Laciga), en cyclisme sur piste (Marvulli, Risi, Thürig), en VTT (Blatter et Sauser) et en tennis (Federer). Ces disciplines sportives comptent des athlètes qui ont réalisé par le passé des performances de niveau international et qui peuvent gagner malgré la pression. La plus grande chance de médaille d'or repose toutefois sur Roger Federer. Le coach estime par ailleurs que l'escrime, le judo, le triathlon, le saut d'obstacles, le cyclisme contre la montre - voire même le tir et la voile - pourraient créer l'événement.Du 13 au 29 août 2004, les Jeux olympiques accueilleront 10500 athlètes de 202 pays qui s'affronteront dans le cadre de 301 compétitions. Une centaine d'athlètes sélectionnés dans 16 sports représenteront la Suisse. La délégation est complétée par 80 accompagnateurs. Coût de la mission: 2,61 millions de francs. La devise des Suisses aux JO d'Athènes «one team - one spirit» est aussi le titre de l'hymne olympique composé par le groupe rock Gotthard.Ces prochains jours, le Swiss Olympic Park sera installé à la gare centrale de Zurich. Il se présentera sous la forme d'une réplique de l'Acropole haute de 16 m et d'une surface de 1400 m2. Ambiance grecque avec un restaurant self-service de 300 places et un écran géant pour suivre les compétitions. Au programme: un invité surprise chaque jour et un concert du groupe Gotthard le 30 août.
 
2004
 

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.