Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Simplement formidable !

jeudi 9 juin 2005

Photo: Keystone

Championnats d’Europe. Steve Guerdat porte l’équipe de suisse sur le podium.

Le Jurassien réalise deux parcours sans faute. Le titre é l’Allemagne devant la FranceIncroyable ! Il est le benjamin de ces championnats d’Europe de saut d’obstacles, une discipline où l’on prétend que l’expérience est primordiale, qu’elle s’acquiert au fil des années. Pourtant, hier, Steve Guerdat a bel et bien été le pilier de l’équipe de Suisse, accompagné de trois ténors que sont Markus Fuchs, Beat Mändli et Willy Melliger.

Une fois encore, il a épaté par sa maîtrise, son sang-froid, sans rien avoir à envier à ses aînés.

Avec un Tepic la Silla qu’il ne connaît que depuis deux mois, le Vadais a été l’un des deux seuls cavaliers à boucler ses deux manches sans fautes avec l’irlandais Kevin Babington. Il pointe actuellement à la deuxième place du classement individuel, juste derrière Markus Ehning, mais devant Beat Mändli. Ludger Beerbaum, Michel Robert, Ludo Philippaerts et autres…

Rien que ça.

Pourtant,la pression était bel et bien là, après les problèmes de Willy Melliger et un Gold du Talus déstabilisé après un mauvais saut sur la rivière (2X16 points). Mais le Vadais semble bel et bien avoir les nerfs d’acier. Son commentaire : « Je n’étais pas spécialement nerveux, Tepic saute si bien que j’étais en totale confiance. Mes deux parcours se sont déroulés sans problème. » On le sait, Steve n’a pas pour habitude de se poser trop de questions, et il croit en ses chances pour la finale individuelle : « Mon cheval a prouvé qu’il est un des meilleurs, il est le seul à ne pas avoir commis de faute jusqu’ici. Tout est donc possible, je ferai de mon mieux, et pourquoi pas rêver d’une seconde médaille ? »

Eh oui, pourquoi pas ? En tout cas, on peut lui faire confiance pour se battre jusqu’au bout. Mais, quoi qu’il advienne, le talent jurassien a déjà réussi son championnat, même s’il ne veux pas tirer de bilan pour l’instant : « Je veux rester concentré avant les deux manches de dimanche. La fête, ce sera pour après ! »

Le rêve de ses 21 ans

L’image est déconcertante. Willy Melliger, Markus Fuchs et Beat Mändli, les cracks, allons-y, les « monstres » hippiques de notre pays, portent au ciel Steve Guerdat, leur cadet d’au moins vingt ans pour les deux premiers nommés. Lors de son premier rendez-vous du genre, le Jurassien s’en sort comme le héros d’un Prix des Nations qui rapporte gros à la Suisse. Le petit bonhomme de Basse court a été le principal artisan de la bonne récolte de fin août : une médaille inattendue et une qualification pour les JO. Même si l’épreuve se joue en équipe, elle traduit et confirme l’éclosion au sommet de la scène internationale du tout jeune Jurassien, qui tient, accrochez-vous, le deuxième rang au classement individuel avant les manches dominicales.

En juin dernier, quand nous avions eu la chance de rencontrer le Jurassien dans son nouveau fief de Valkenswaard, dans le sud des Pays-Bas, nous avions saisi le changement de cap qu’il était en train de vivre. Pour franchir un palier supplémentaire dans sa carrière, il avait décidé de s’exiler, de quitter, et ce n’est jamais facile, le cocon familial.

Dans les écuries du champion batave Jan Tops et du Mexicain Alfonso Romo, il a trouvé les chevaux de classe mondiale qui manquaient à son avènement. Nous avions alors quitté le cavalier de Basse court avec le sentiment qu’il avait tout pour réussir et que ses hautes ambitions étaient légitimes. A 21 ans, Steve Guerdat ne rêve pas, il sait où il va. « Je n’ai qu’un seul objectif : être le meilleur », disait-il. Il ne lui a même pas fallu deux mois pur gagner la complicité de son puissant étalon brun, Tepic la Silla.

Si ce jeune homme est discret et timide, il se montre un imperturbable travailleur, un perfectionniste dans son métier, dans un sport exigent.

Hier, malgré sa jeunesse, Steve Guerdat a montré des trésors de concentration et un calme olympien, alors que les contre-performances de Willy Melliger l’interdisait à la faute. Par ses parcours, il a transcendé son équipe, l’a menée à la médaille de bronze.

Demain, à la source de l’impérial Danuble, Steve Guerdat tentera, lors de l’épreuve individuelle, de mettre tout le continent aux pieds de son étalon Tepic la Silla.

Et là, on pourra parler d’un sacré phénomène. Et comme lui, on ne rêve pas.

Souce:LQJ / Textes: Christiane Guerdat / Commentaire:Raffi Kouyoumdjian

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.