Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

« Steve peut enfin s’exprimer »

mercredi 13 décembre 2006
source: lqj
texte: (rk)
 
Philippe et Steve Guerdat,
ici lors des Européens
 de Donaueschingen en 2003. Le
père et le fils, pris par
 la même passion,
ont été très complices
ce week-end à Genève.
Philippe Guerdat témoin privilégié du succès de Steve
 

Témoin privilégié du fabuleux exploit de son champion de fils, Philippe Guerdat n’est pas surpris de le revoir au premier plan. « Oui, il a changé. »

 

Chef de piste du CSI-W de Genève, Philippe Guerdat était l’un des mieux placés pour vivre l’extraordinaire envol de Steve dimanche. « Il avait besoin de ce déclic », nous souffle le père du héros, qui n’a pas trop eu le temps de savourer les exploits de son fils. Hier matin, déjà, il avait rejoint l’Espagne où l’attendait son « patron » ukrainien Alexander Onischenko. « Nous allons visionner quelques chevaux et je retrouverai Steve jeudi à la Corogne. »

 

« Je quitterais l’Ukraine s’il me le demandait »

 

Steve Guerdat, dimanche en conférence de presse, avait longuement et avec une vive émotion tiré un coup de chapeau à son père. « Peut-être que je ne l’ai pas assez écouté dans un passé assez proche », relevait le vainqueur du jour. « Il y a quelque chose de fort entre nous, oui, et j’ai été surpris qu’il le relate ainsi. Je pense que ça lui a fait du bien de l’exprimer », rétorque Philippe.

On a cette impression que Steve a changé. « C’est le cas, il peut enfin s’exprimer. Et il est moins introverti. Il l’est en tout cas moins que moi ! » Philippe Guerdat n’est ainsi pas mécontent de vivre le renouveau de son fils. « Je n’aime pas utiliser ce terme, mais il faut tout de même avouer qu’il a été exploité. On l’a brimé durant quatre années de sa vie (n.d.l.r. : alors qu’il était cavalier à tout faire des écuries Tops).Steve se trouvait dans un vase clos et il a compris qu’il ne devait pas foutre sa vie en l’air pour ce sport. Avant, il donnait tellement sans trop réfléchir. Il acceptait tout », continue l’entraîneur de l’équipe ukrainienne.
 
La suite de sa carrière ? « Qu’il fasse ce qu’il a envie de faire avec des hauts et des bas. S’il exprime le besoin de m’avoir à ses côtés, je serai là et il le sait. Je n’ai pas peur de le dire, je quitterais l’Ukraine s’il me le demandait. Mais pour l’instant, il est bien comme ça. »
 
Comme le répète Steve Guerdat, son passage à Chiètres chez Jürg Notz n’est qu’une solution intermédiaire. « Ce n’est pas encore la situation idéale qu’il mérite. Il a le temps de construire quelque chose, une structure plus grande qu’il faudra mettre en place. »
 

« Je lui ai dit d’assurer, il ne m’a pas écouté »

 

Dimanche encore, Steve a relevé le rôle de « consultant » de son père. « Et pourtant ! Avant le barrage, nous n’étions pas tout à fait d’accord. Avec onze barragistes, je lui proposait d’assurer le sans-faute. Une place de troisième ou quatrième à Genève, c’était déjà bien ! Il m’a répondu : tu sais comme je suis ! Et il a attaqué. C’est peut-être là que l’on reconnaît les grands champions ! »

Philippe Guerdat a été touché comme tout Palexpo par la sensibilité, l’humilité et les larmes de joie de Steve. « ET ce que l’on a vu à la TV, ce n’est rien. Je ne vous dit pas dans quel état se trouvait Steve derrière le rideau ! Je ne l’ai pas vu pleurer souvent. »

Un moment privilégié de bonheur partagé en famille.

 

Revue de presse, les éloges des médias romands

 

« Le Matin »

Sous la plume de Sophie Deller et Roger Jaunin : « On a toujours pensé que c’était un garçon froid, peu enclin à laisser parler ses sentiments. Or Steve Guerdat a laissé tomber le masque et retenu à grand-peine les larmes d’un cœur mis à rude épreuve ces derniers temps. »

« La Liberté »

Patricia Morand, elle aussi, a été séduite par les deux parcours du Jurassien : « En selle, Steve Guerdat reste un champion. Il l’a encore prouvé hier en prenant tous les risques. De quoi susciter les félicitations de tout le monde hippique. »

 

« Le Temps »

Le regard d’Ignace Jeannerat : « Le geste parfait du champion, c’est déjà beaucoup d’émotion. Mais des joues qui rougissent de bonheur, des yeux qui s’embuent de larmes, une voix qui tremble à l’heure des confidences à la presse c’est bouleversant.

 

« La Tribune de Genève »

Julie Conti n’a rien raté des exploits de Guerdat Jr : »Des hurlements hystériques dans le public et des larmes de joie sur la piste. Jamais le CSI de Genève n’avait connu de victoire plus émouvante. Après un long passage à vide, Steve Guerdat, le plus prometteur des cavaliers suisses et le chouchou du public, a remporté la manche de Coupe du monde de saut d’obstacle à Palexpo. »

 

« Sportinformation »

Julien Pralong de l’agence sportive genevoise, est lui aussi sous le charme : « A 24 ans, le potentiel de Steve Guerdat est effectivement énorme. S’il parvient à conserver  son incroyable Jalisca Solier, ainsi que deux ou trois bonnes montures complémentaires – comme le sont Pontiac et Trésor-, les perspectives d’avenir du Jurassien sont certainement des plus bonnes. » (rk)

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.