Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Une journée formidable

jeudi 10 mai 2007

photo: cosinus / pro
 texte: Raffi Kouyoumdjian

Christina Liebherr fait des merveilles: deuxième Les trois Suisses réalisent le sans-faute
 
Ces histoires finissent toujours par des larmes. De bonheur. Et plus c’est gros, plus elles paraissent improbables au chapitre un, plus cette belle réalité surprend les sportifs par ces fameux yeux qui vous trahissent. Une émotion pure. Alors, pensez ! Christina Liebherr, sa deuxième médaille d’argent du week-end au cou, a lâché quelques perles de bonheur sur  le podium des championnats d’ Europe, hier, à San Patrignano.Lors de cette journée formidable pour le saut d’obstacles national, Steve Guerdat termine à la septième place juste devant son comparse Fabio Crotta. Trois Suisses  dans les huit, rien que ça.

« Christina méritait de gagner le titre », a lâché Steve Guerdat, résumant bien le sentiment de tous. Le grand No Mercy et l’amazone de La Baumetta ont aligné depuis vendredi les sans-faute, quatre ! démontrant un sang-froid et une complicité extraordinaire. « J’ai abordé cette journée avec l’unique ambition de prendre du plaisir. Je ne voulais pas me mettre de pression ! » Six ans après les médailles d’argent et de bronze de Markus Fuchs et Lesley McNaught à Hickstead, la cavalière de Riaz a bétonné ces parcours. Comme si elle évoluait sur un nuage.
 

Les Suisses parfaits

 
Dans ce magnifique complexe de San Patrignano, souvent balayé par les vents, l’insolence de la grande cavalerie allemande a vite été étouffée par la fraîcheur de cette jeunesse suisse, imperturbable, heureuse d’être de ce grand rendez-vous et qui n’allait pas se priver de continuer de faire la fête.
Première manche. Dans l’ordre, Fabio Crotta, Steve Guerdat – qui flirtait avec la barre du 12 – et Christina Liebherr s’offraient la perfection. Au passage, la Fribourgeoise, 36e après la chasse, revenait au deuxième rang du général, dans la même faute que le leader Marco Kutscher.
Deuxième manche. Le bouillant Tessinois tenait Madame Pompadour par le bon bout. L’imperturbable Jurassien, qui écopait malheureusement d’un point de pénalité pour dépassement de temps, tirair le meilleur de Pialotta. »Elle a retrouvé la forme un peu tard. »Mais la barre était trop haute pour lui lors de cette grande finale. Steve Guerdat n’avait pas sorti de gros parcours les deux premiers jours pour espérer conquérir une médaille. « Je n’ai pas eu de chance durant tous ces Européens. Quand j’analyse mes parcours, je remarque que je ne commets pas de grosse faute. C’est bien de finir dans les dix, mais quatrième, cinquième, sixième ou septième, c’est égal », ajoutait le cavalier de Valkenswaard
 

Au Galop

 
« Beaucoup de l’auraient pas fait »

Au dernier moment, Steve Guerdat a pu compter sur la présence de Pialotta pour défendre au mieux ses chances dans ces Européens. «  Je pense que toute la Suisse peut dire merci à Edwina ! » Comme à Las Vegas, l’amie de Jan Tops, la propriétaire de Pialotta, à prêté « jument forte » au Jurassien. « Elle n’avait aucune raison de le faire, mais elle l’a fait. Ça démontre l’excellente atmosphère qui règne chez les tops. Beaucoup ne l’auraient pas fait ! »

 

Un tracé apprécié

« Du fun ! Du plaisir ! » Les cavaliers sont unanimes à mettre en valeur l’excellent travail du chef de piste, l’Italien Marco Cortinovis. « Tous les parcours de San Patrignano sont fantastiques. Ils ne sont pas trop haut et intelligents », remarque Steve Guerdat. »Je pense que les 90% des fautes sont dus aux cavaliers et que tous les chevaux ont eu leurs chances », ajoutait le Jurassien qui a pris son pied, comme à chaque fois, lors de grands rendez-vous.
 

Petit pays mais…

La médaille d’argent des suisses suscitait de nombreuses jalousies vendredi, il suffisait pour cela de s’attarder sur les mines défaites des clans français, britanniques ou suédois. Les médias internationaux cherchaient des explications à l’excellente forme des helvétiques. »Nous possédons de bons chevaux, de bons cavaliers et une bonne ambiance, mais pour un petit pays comme la Suisse, ça ne suffit pas. Cette année, nous avons pu bénéficier de l’expérience en Super League », leur a expliqué un Steve Guerdat bavard comme jamais.
 

La suisse parfaite ?

Elle n’est pas belle l’équipe de suisse ? Un tessinois, un Jurassien, un Saint-Gallois et un Fribourgeoise bilingue Et pour couronner le tout, un Zurichois – Niklaus Schürtenberger – sur le banc.
 
Source: LQJ

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.