Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »
Steve Guerdat

Yves Piaget, mécène et passionné

vendredi 29 juin 2007

Yves Piaget
Photo: Eddy Mottaz

Le président de la marque d'horlogerie-joaillerie soutient depuis un an le jeune cavalier suisse Steve Guerdat. Il raconte pourquoi et comment il appuie la carrière de son protégé.  
  
   
 
 
 
 Attablés au bar à champagne, accoudés au paddock d'entraînement ou seulement au bout du fil des portables des cavaliers, les propriétaires de chevaux sont les grands acteurs invisibles du concours hippique. Seuls peu de concurrents de haut niveau sont suffisamment fortunés pour posséder leurs propres montures. Pour les autres, ce sont des mécènes qui leur confient des cracks. Qu'est-ce qui peut pousser ces fortunes à s'engager dans la grande aventure du mécénat hippique?

Yves Piaget est tombé amoureux des chevaux dès sa plus tendre enfance dans la ferme familiale du Jura neuchâtelois. «On n'avait qu'un cheval de trait mais c'était quand même mon animal préféré», confie-t-il. Il doit pourtant attendre la fin de ses études pour commencer à monter. A 26 ans, il s'achète sa propre monture: un cheval de balade qui se révèle doué pour le saut. Yves Piaget se trouve trop vieux pour la compétition et confie donc le cheval à une cavalière. Commence une longue carrière de compétition... par procuration.

«J'ai commencé avec mon amie qui a monté mes chevaux en concours entre 1970 et 1990, raconte Yves Piaget. Je conduisais moi-même le camion pour aller en concours et je faisais le palefrenier. Nous partions souvent en Suisse alémanique du vendredi soir au dimanche soir, c'était une épopée fabuleuse.» Mais sa cavalière préférée reste sa fille, qui a remporté il y a une dizaine d'années le championnat suisse en catégorie jeune cavalier.

Yves Piaget ne s'est pas contenté de regarder ses chevaux sauter mais s'est investi dans bien des domaines de l'équitation. Vice-président de la Fédération suisse des sports équestres, président durant de nombreuses années du Concours international de Genève, mécène de l'Institut équestre national d'Avenches, il a même contribué à créer le circuit des promotions suisses, destiné à mettre en valeur les jeunes chevaux du pays. Son rôle de mécène est alimenté par une passion du cheval mais aussi par un certain sens du devoir: «Je considère que nous avons tous un rôle bien précis à jouer socialement, cela fait partie de ma philosophie d'honorer ma responsabilité envers les autres.» Le soutien des cavaliers lui permet également de soutenir certaines valeurs tout en gardant un pied dans le monde équestre.

«La compétition exige de n'importe quel athlète qu'il progresse, qu'il ait un but, explique Yves Piaget. Personnellement, j'ai toujours été un challenger. C'est une valeur qui m'est forte et je la défends en soutenant des jeunes cavaliers qui n'ont pas forcément les moyens de pratiquer ce sport à un certain niveau.» Si l'horloger a un certain sens moral, il exige qu'il en soit de même pour ses pupilles. Pas question de venir en aide à un fainéant, fût-il un génie. Les qualités qu'il attend de ses cavaliers sont le goût du travail et la modestie. «Steve est un gars qui mérite», répète-t-il à l'envi en évoquant son jeune protégé. «Il ne faut pas dire que c'est un dieu parce que ça va lui monter à la tête, mais celui dont on dit qu'il mérite, il va vouloir être à la hauteur et ça va devenir une motivation.»

Un côté paternaliste pour ce mécène qui se défend cependant d'intervenir dans la carrière sportive de Steve Guerdat. D'ailleurs c'est simple, ses quatre chevaux, il les a achetés sans même les avoir regardés. Pire, Jalisca Solier, la bondissante jument avec laquelle Steve Guerdat a remporté cet hiver deux manches de la Coupe du monde, il ne l'a jamais vue sauter. «Je ne serai jamais celui qui reste derrière les cordes à faire le grand propriétaire», explique Yves Piaget.

S'il n'intervient pas, il suit avec passion la carrière du jeune Jurassien. Mais le président de Piaget assure ne pas lui mettre de pression: «Je dois dire que mes rapports avec Steve sont d'une telle qualité que je ne me préoccupe pas du tout d'un mauvais résultat. L'essentiel pour moi est une échéance qui va au-delà d'une compétition: sa carrière.» Un discours qui ne l'empêche pas d'atteindre des sommets d'adrénaline quand son cheval est en piste. Lors de la finale de la Coupe du monde à Las Vegas, Yves Piaget, hypertendu, levait la jambe à chaque fois que Trésor et son cavalier arrivaient sur un obstacle. «C'était vraiment terrible, commente-t-il. J'avais les tripes nouées.»

Est-ce à cause de cette médaille de bronze en finale de la Coupe du monde ou de l'affection qu'il porte à son jeune cavalier? Yves Piaget se laisse prendre avec plaisir dans l'engrenage du mécénat. «Au départ, j'étais parti pour lui acheter un bon cheval pour le sortir de son bourbier et là, on est en train de regarder pour en acheter un cinquième.»
 
Source: Le Temps 28.06.07
Texte: Julie Conti

Mécénat

Hofgut Albführen
CHC Horses

Sponsors

Rolex
Toyota

Partenaires

Veredus
Artionet Web Agency
TRM
Amerigo
Samshield
Parlanti Roma
Hypona
Swiza
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.